La Chaîne Rose
16

Il faut que je vous dise… merci

  par Sylvie

Thème : Annonce

Je ne peux oublier ce jour en rentrant de chez le radiologue, où j’ai cherché de l’aide sur le net. Après de nombreux sites plus ou moins sérieux, j’ai vite découvert le site « Les Impatientes » premier site dédié aux femmes atteinte du cancer du sein (ex: les Essentielles) qui existe depuis maintenant 12 ans.
J’y ai tout d’abord parcouru les différents posts, et puis j’ai découvert une lettre destinée à l’entourage.

Je l’ai lue et relue cette fameuse lettre écrite par plusieurs de nos sœurs de combat. J’y trouvais exactement, les mots exprimant mon ressenti, sans que je puisse les formuler. J’avais l’impression qu’elle avait été écrite par quelqu’un ayant sondé mes plus profondes pensées si embrouillées.
Je me suis aussitôt inscrite. Les plus anciennes autant que les moins, m’ont tant apporté dans cette tourmente, que je vivais comme nous toutes l’avons vécu… Tant de soutien, de réponses, de trucs et astuces pour moins souffrir, d’échanges, de tendresse, de réelle affection même si virtuelle, devenant pour certaines de vraies rencontres dans la vraie vie. Tant d’amour, de lumière, tant de pleurs ensemble, des rires aussi.. Jamais je n’oublierai….Car nous SEULES qui sommes passées par cet enfer sur terre, pouvons nous comprendre.

J’ai fait une pause depuis quelques temps, comme je l’ai déjà fait quelques fois depuis ces deux ans d’échanges ou simplement de lecture pour prendre des nouvelles, au début quasi quotidiens et si réconfortant entre combattantes contre ce maudit crustacé qui n’a pas été invité.
Il faut savoir prendre un peu de recul mais je sais que je reviendrai car nous ne pouvons renier ce que nous avons vécu ensemble, tout comme dans un ou deux groupes d’échanges Facebook du reste. Eh non le net n’est pas toujours aliénant. Si je n’avais pas eu ça je ne sais pas si j’aurais eu autant de forces pour tenir bon dans l’insupportable souffrance tant physique que morale. Je parle bien sur de mon cas personnel car toutes ne vivent pas cette épreuve de la même façon. Pour moi ça a été un véritable enfer et ça continue psychologiquement, un peu mieux physiquement même si c’est loin d’être ça.

Je me suis mise en retrait car lorsque des amies perdent la bataille, il devient trop difficile de rouvrir la porte, même s’il faut continuer ce qu’elles ont fait pour nous les nouvelles, transmettre l’expérience, pour les aider celles qui, trop nombreuses arrivent appelant au secours.

J’étais seule, au moment de la découverte de cette boule et encore aux rendez vous en urgence, au cabinet de radiologie, à la clinique pour la biopsie, et à attendre, attendre attendre, trois semaines interminables avant l’annonce du diagnostic. Seule, et loin de ma famille, sauf mes deux filles adultes vivant à une dizaines de kilomètres, et la plus jeune, ado, encore à la maison. Mon fils loin aussi.

Comment annoncer ça à mes 4 enfants.

Comment annoncer ça à mes 4 enfants. Comment l’annoncer à ma maman, mes soeurs mes frères, alors que nous n’étions pas encore remis de la perte de ma belle sœur adorée ?

Pourtant il a bien fallu les trouver les mots et ravaler mes larmes en voyant la peur de mes petits (déjà grands pourtant), en écoutant le silence du choc de ma maman au téléphone. Les retenir à tout prix ces larmes de colère, de terreur, pour qu’ils aient moins peur.

Et puis il a fallu aller au front…

Je ne peux oublier le nombre de fois où j’ai lu et relu cette lettre avant de me décider à l’envoyer par mail à toute ma famille, tous mes amis, mes proches, tous ceux qui m’aiment et que j’aime. Cette lettre a été pour moi une aide afin de les aider à mieux comprendre, car les mots moi je ne les trouvais pas. Même si au fil du temps, les mots s’oublient, ou bien les proches ne veulent plus les lire, ils ont trop mal.
Ils aimeraient tant que tout ceci soit définitivement terminé. On peut espérer de belles rémissions tout de même mais je ne peux m’empêcher de penser à mes amies Impatientes, qui m’ont tant soutenue, portée, conseillée, avec leur niaque, leur bonne humeur, leur positivisme, leurs peurs, leurs angoisses, leurs blagues pour détendre aussi, tout ce que nous partagions.

Jamais nous ne devons laisser tomber cette lutte de chaque jour. JAMAIS !

Je pense à Bluesy ma très chère amie, ma marraine et soeur de cœur, emportée subitement en janvier 2013 quelques mois à peine le mot rémission prononcé par son oncologue. Tout comme je pense à mes amies à quelques semaines d’intervalle Natalie, Sylvie, à Christou, à Toche, Pataclop, Christiane, et tant d’autres qui au fil de ces déjà deux années depuis que mon combat a débuté, ces sœurs de cœur qui ont rejoint les centaines d’étoiles pour qui jamais nous ne devons laisser tomber cette lutte de chaque jour. JAMAIS !!

Nous le devons pour nous mais aussi pour elles et toutes les autres du monde entier victimes innocentes de ce fléau, pour continuer à vivre, au moins, les années qu’elles ont trop vite perdues.

Pour celles qui se battent encore et encore au fil des récidives, comme plusieurs de mes amies, dont une membre de ma famille en récidive depuis peu après les 5 années d’hormonothérapie.
Merci aux sites qui nous donnent la parole comme LA CHAÎNE ROSE, ROSE MAGAZINE… et tant d’autres…

Cette fameuse lettre a été écrite par plusieurs Impatientes, sous l’impulsion de VéroChartres*** ( 1960- 2011) une véritable guerrière qui faisait sans cesse des pieds de nez à ce connard de crabe (comme elle disait dans sa fiche), écrite avec l’aide de Anne (écrivain public) et Christiane qui écrit dans sa fiche : ” LES IMPATIENTES” asso qui est magique de solidarité, d’amitié, de fraternité où la lumière est toujours allumée… C’est celle de l’ESPERANCE”. Cette lettre vous la connaissez sans doute toutes, il s’agit de :

« Il faut que l’on vous dise ».

Je vous invite à l’envoyer à vos familles, vos amis, connaissances, entourage proches ou moins proches.

MERCI d’être là, merci à vous toutes et tous, pour nous toutes.

Sylvie

logo

Tournez horizontalement votre tablette pour pouvoir naviguer sur le site.